Accueil » Des doublures argentées pour les familles pendant une pandémie – Nouveau né

Des doublures argentées pour les familles pendant une pandémie – Nouveau né

Là où j’habite, nous venons d’entrer dans un autre verrouillage. Différentes régions voient des choses différentes – écoles fermées, restaurants fermés, distanciation physique en place. C’est dur. Cela dure depuis longtemps et les parents sont épuisés et frustrés.

Nous avons beaucoup de raisons d’être contrariés et stressés, mais avec le risque de paraître toxique, je veux réfléchir à quelques choses qui ont été de bonnes leçons apprises pour ma famille. Cela n’enlève rien aux nombreuses luttes auxquelles nous avons tous été confrontés, mais il y a eu quelques lueurs d’espoir et je pense qu’il est normal d’embrasser et de ressentir de la gratitude pour certaines de ces leçons.

J’ai appris à fixer de meilleures limites.

Avec des enfants à la maison qui étudient à mes côtés, j’ai appris à arrêter de sauter pour les sauver – je ne laisse pas tout tomber pour leur prendre une collation, je ne saute pas et les sauve au premier signe d’une lutte scolaire, et s’ils doivent attendre et être patients, qu’il en soit ainsi. Cela a été positif sur deux fronts – j’ai fixé des limites qui me permettent d’être plus productif, et ils sont devenus de meilleurs résolveurs de problèmes.

Notre famille a mieux travaillé en équipe.

Mes enfants plus âgés, qui sont au Collège, ont été renvoyés chez eux à cette époque l’année dernière lorsque le premier verrouillage a eu lieu. Mon plus jeune enfant avait 10 ans à l’époque et a un profil d’apprentissage compliqué. J’ai affecté chacun de ses cinq frères et sœurs aînés comme entraîneur pour un sujet chacun. De nombreuses mains font un travail léger. Regarder les frères et sœurs se rassembler autour de leur petit frère n’était pas seulement extrêmement utile car j’essayais de faire mon travail à Les étiquettes de Mabel, mais cela leur a également appris de grandes leçons sur le soutien mutuel.

Nous avons appris à abandonner les petites choses.

Ce sont des moments difficiles. Les enfants sont probablement un peu plus sur les écrans que nous aimons, et nous pourrions tous nous chamailler un peu plus alors que nous partageons l’espace et le WIFI ! Nous commandons plus souvent des plats à emporter et la maison est un peu désastreuse. Lâcher prise de se soucier de cela a été libérateur. Les familles apprennent à accepter que les choses n’ont pas besoin d’être parfaites – parfois, être bien est assez bon !

Nous avons ralenti.

J’ai l’habitude de précipiter six enfants dans des arénas de hockey, des cours de danse et des cours de musique. Maintenant, ils jouent à Minecraft et à Donjons et Dragons ensemble, nagent et jouent dans la cour arrière et font de la randonnée dans le ravin. Nous sommes beaucoup plus détendus et avons appris que nous n’avons pas à faire toutes les « choses » pour être heureux et actifs !

Votre famille a-t-elle profité de doublures argentées pendant ces temps fous ?

L’organisation du sommeil est définie selon les âges, quand bien même elle change selon les besoins et caractères de chaque personne. On peut observer des cycles précis de sommeil, assemblé de plusieurs stades. Entre les cycles, votre enfant connaît des périodes de réveil. Au cours des toutes premières semaines de vie votre enfant dort par périodes de 3-4 heures d’affilées interrompues par un éveil. Ces éveils coïncident avec les périodes d’alimentation. On qualifie ce rythme de « ultradien », c’est à dire que les éveils ont lieu plusieurs fois par jour et non selon le rythme jour/nuit. Mais votre enfant a aussi un très court éveil à chaque changement de cycle, soit au bout de presque une heure de sommeil. Si vous faites l’exercice de ne pas le prendre trop vite dans les bras, il saura mieux, après, se rendormir seul ( c’est-à-dire sans être systématiquement nourri ou bercé ) et il enchaînera alors un autre cycle de sommeil. Ces très courts éveils sont normaux. Les cycles s’allongent en plusieurs tranches de la croissance de votre bambin. De la naissance à 2 mois, les cycles de sommeil sont petits, à peu près 50 minutes et fabriqué de deux stades, le sommeil agité et le sommeil détendu. De 2 à six mois, les périodes de sommeil sont un petit peu plus longues, le cycle reste court aux à peu près de 1 heure et comporte trois stades, comme chez le grand enfant et l’adulte c’est-à-dire : un stade de sommeil lent léger, un stade de sommeil lent profond et un stade de sommeil agité ou paradoxal. Entre les cycles, votre bambin aura une courte période d’éveil. Après 6 mois, ses périodes de sommeil seront plus longues, il pourra manger moins souvent et apprendra peu à peu à faire ses moments. C’est à peu près vers 4 mois que commencent à se créer des moments complètes, très progressivement. Le sommeil est toutefois très différent selon les bébés, et de nombreux facteurs peuvent empêcher votre enfant de dormir : type de personnalité, réaction aux bruits, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *