Accueil » Ce que nous devons faire au sujet de la perte de grossesse – Nouveau-né – bébé

Ce que nous devons faire au sujet de la perte de grossesse – Nouveau-né – bébé

Les problèmes de fertilité affectent 1 famille sur 6 en âge de procréer en Australie, avec 1 grossesse sur 4 se terminant par une perte. Pourtant, en tant que société, nous sommes réticents à en parler ouvertement. Cela vient très probablement du fait que les gens ne savent pas quoi dire ou ont peur de dire la mauvaise chose.

Malheureusement, le silence entourant ce sujet laisse de nombreuses personnes isolées et seules.

Nous besoin pour faire savoir aux femmes que tout ce qu’elles ressentent est correct.

Qu’il est normal d’être jaloux de toute personne qui annonce sa grossesse ou qui a un bébé. Qu’il est normal de pleurer de façon incontrôlable des mois après la fausse couche. Qu’il est normal de se sentir en colère. Qu’il est normal de perdre confiance en soi, de se sentir comme un échec en tant que femme ou de se sentir obsédé par l’idée de concevoir un autre bébé. Ce n’est pas grave si vous ne ressentez aucune de ces choses et que vous passez à autre chose en ayant peu d’impact sur votre vie.

Nous besoin pour mieux donner aux femmes un espace sûr pour se rencontrer et parler de leurs luttes et de leur chagrin.

Heureusement, un tel espace existe. Le réseau de soutien des éléphants roses est un organisme de bienfaisance à but non lucratif, formé pour soutenir les femmes en cas de fausse couche, de perte de grossesse et au-delà. Le groupe soutient les femmes dans leur deuil, les nourrit pendant qu’elles guérissent et les responsabilise alors qu’elles avancent vers l’avenir.

Les Pink Elephants fournissent les dernières ressources, informations et soutien par les pairs à toute personne touchée quand et où cela est nécessaire, qu’elle l’ait vécue directement, pour la famille et les amis, les partenaires commerciaux ou les professionnels de la santé.

Lorsque nous reconnaissons ces expériences et arrêtons de minimiser la perte de quelqu’un, cela peut avoir des avantages considérables. Regardez la position de la Nouvelle-Zélande sur la lutte contre la perte de grossesse. Ils ont légiféré sur le «congé de deuil» pour que les couples aient accès à un congé payé de trois jours lorsqu’ils ont perdu un enfant.

Nous commençons à aller dans la bonne direction, et c’est ce que nous besoin à voir en Australie maintenant. Nous avons aussi besoin pour voir un plus grand financement dans la santé mentale des femmes, et la recherche sur l’impact des défis de la fertilité sur des milliers chaque année.

Les femmes ne vivent pas seulement le deuil. Selon The Pink Elephants, un sixième de celles qui ont perdu ou ont eu du mal à concevoir souffrent de dépression clinique 9 mois après leur perte. Si elles ne sont pas soutenues, les femmes peuvent développer un TSPT, de l’anxiété et/ou une dépression.

Il est temps de s’assurer que les femmes reçoivent le soutien et l’attention qu’elles besoin et méritent à plus grande échelle.

Où chercher ou offrir de l’aide

« On pense que lorsqu’une mère éléphant perd son bébé, les autres éléphants se tiennent en cercle autour d’elle, lui laissant tout le temps dont elle a besoin pour faire son deuil ».

  • Le programme de soutien par les pairs du réseau de soutien Pink Elephants est une communauté de femmes qui ont toutes vécu des expériences déchirantes de perte. Trouver ici comment vous pouvez recevoir de l’aide.
  • Rejoignez leur #cercledesupport table ronde sur les différentes façons dont vous pouvez offrir ou recevoir un soutien.
  • Si vous avez un être cher qui traverse une perte et que vous ne savez pas comment l’aider, vous pouvez faire un don aux éléphants roses. En faisant un don, vous dites « Je vous vois, votre perte compte, votre bébé compte, nous nous soucions de vous ». Cela peut littéralement changer la vie d’une femme.
  • De plus, vous pouvez consulter leur ressources émotionnelles qui ont été conçus pour vous aider à soutenir quelqu’un pendant cette période incroyablement difficile.

Vous n’avez pas à parcourir seul le chemin de la fausse couche et de la perte de grossesse précoce.

Il est totalement habituel mais également souhaitable qu’un nourrisson fasse une sieste en fin d’après midi quand il en a fait une en début d’après midi. 21 heure voire même 20h pour l’heure du coucher apparait une heure tout à fait correcte même s’il a dormi un peu à 18h. En revanche, s’il devient grognon, se frotte les yeux… pensez à le coucher à ce moment là. A vous de considérer quand il est fatigué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *